Document sans titre
lundi 22 décembre 2014.
Document sans titre

MENU

Patrimoine culturel

Livres et activités     littéraires

Arts

Festivals

Activités culturelles

Formation artistique

Coopération Internationale

Etablissements

Carte Wilaya

Historique

Contact

Adresses utiles


Expressions Culturelles
 
 

 

Discours de Madame la Ministre de la culture

Cérémonie de récupération du « Masque de la Gorgone »

Alger, le 14 avril 2014

 

Mesdames et Messieurs,

Honorable assistance,

C'est d'abord avec une grande joie et une profonde satisfaction que je vous annonce, aujourd'hui, l'entrée au musée national des antiquités d'Alger, du bien archéologique dénommé « le Masque de la Gorgone », qui a été volé du site archéologique d'Hippone, à Annaba en 1996, puis retrouvé en Tunisie et enfin restitué à l'Algérie par le gouvernement tunisien , dans le cadre d'une cérémonie publique de remise qui s'est déroulée hier au musée de Carthage à Tunis en présence des deux ministres, algérien et tunisien, de la culture.

C'est ensuite et surtout avec une intense émotion et un profond soulagement, au vu de la charge qui pesait sur mes épaules, en ma qualité de ministre dépositaire de la protection du patrimoine culturel, que je partage avec vous le dénouement heureux de cette affaire du « Masque de la Gorgone » qui a duré 18 ans et qui a traversé bien des étapes et des péripéties. Que c'est merveilleux de restituer à la nation et au peuple algériens un bien culturel dont il a été spolié !

C'est enfin avec une immense fierté que je souligne ici, que la réussite de cette opération revient avant tout à la détermination, la ténacité, la vigilance et la cohérence qui ont marqué les approches et les démarches entreprises par les services spécialisés du ministère de la culture, en parfaite coordination avec la brigade de la sûreté nationale chargée de la lutte contre le trafic illicite des biens culturels, le service Interpol d'Algérie ainsi que nos ministères des affaires étrangères et de la justice.

Je voudrais profiter de cette occasion pour leur rendre un hommage appuyé et les remercier pour le professionnalisme dont ils ont fait preuve et pour leur engagement sans faille à nos côtés.

Mesdames et Messieurs,

Honorable assistance,

Aujourd'hui que l'œuvre du « Masque la la Gorgone » est récupérée et mise en lieu sûr, dans le musée national des antiquités d'Alger, il est de mon devoir de vous donner les éléments d'information, non encore exhaustives, sur le vol et la restitution de l'œuvre, dans une déclinaison chronologique en actes successifs :

-Acte 1 : Le Masque de la Gorgone a été volé du site archéologique d'Hippone, à Annaba, en 1996.

- Acte 2 : Une fiche de description, avec photos, du Masque de la Gorgone a été remise au service Interpol, la même année, et mis sur le réseau international.

-Acte 3 : En 2011, dans un contexte de trouble, en Tunisie, le Masque de la Gorgone est aperçu dans un documentaire télévisuel.

-Acte 4 : Le ministère de la culture a réagi immédiatement devant cette information et dépêché une équipe d'experts qui a expertisé le bien archéologique et confirmé son identité.

-Acte 5 : Toutes les procédures requises ont été engagées pour la restitution du bien à l'Algérie : diplomatiques (ministère des affaires étrangères), juridiques (ministère de la justice) et techniques (ministère de la culture).

-Acte 6 : En 2013, par un hasard de circonstance, le directeur de la protection légale des biens culturels, en visite au musée de Carthage, a reconnu le Masque de la Gorgone faisant partie d'une exposition intitulée « patrimoine spolié, patrimoine récupéré ». Quelques jours plus tard, un vol est commis au même musée d'une importante pièce tunisienne.

-Acte 7 : Le ministère algérien de la culture a réagi en faisant savoir son désaccord sur l'exposition du masque de la Gorgone, exposition qui allait à l'encontre des règles nationales et internationales requises en la matière, lorsqu'il s'agit d'un bien objet d'une procédure judiciaire.

-Acte 8 : A l' occasion de la 19 ème session de la haute commission mixte algéro-tunisienne et du programme exécutif de coopération culturelle entre la Tunisie et l'Algérie pour les années 2014-2015, le Gouvernement tunisien s'est engagé à restituer à l'Algérie le « Masque de la Gorgone » avant la fin du mois de mars 2014.

-Acte 9 : La date du 7 puis du 13 avril 2014 ont été arrêtées par les deux parties pour concrétiser la restitution de l'œuvre à l'Algérie.

-Acte 10 : Aujourd'hui, le 14 avril 2014 nous assistons à l'entrée du Masque de la Gorgone au musée national des antiquités d'Alger.

 

Mesdames et Messieurs,

Honorable assistance,

 

J'ai insisté, dans cet historique, pour dire que cet ensemble d'informations n'était pas exhaustif et que nombre de données restent à être confirmées et de questions à élucider dans le cadre d'enquêtes et de recherches qui ressortent de la problématique du vol et du transfert illicite des biens culturels. C'est là le travail des institutions nationales en charge de la sécurité auxquelles nous passons le relais.

C'est dans ce sens, que nous attendons les résultats de ces enquêtes et recherches pour déterminer les implications, notamment, en termes de complicités internes, de préjudices et de dommages. En 18 ans d'absence (1996-2014), le « Masque de la Gorgone », pièce archéologique caractéristique, au poids et au volume remarquables, a subi des déplacements multiples, des manipulations diverses et a été exposée à des aléas certains.

Les résultats de ces enquêtes et recherches vont nous permettre également de déterminer les dispositifs de coopération à mettre en place avec les autres Etats, en matière de lutte contre le trafic illicite des biens culturels.

Cette occasion me permet de porter à la connaissance de l'opinion publique que la restitution du « Masque de la Gorgone » n'est qu'un jalon dans la lutte contre le trafic illicite des biens culturels car je voudrai rappeler que dans la même période où avait eu lieu le vol du « Masque de la Gorgone », pendant la décennie noire, nous avons comptabilisé le  vol  d'un lot important de pièces de bronze, de différentes monnaies anciennes, du site de M'daourouch à Souk Ahras ( en 1994), le vol de plusieurs têtes en marbre représentant les membres de la famille impériale de Septime Sévère, du musée communal de Skikda (en 1996), ainsi que le vol d'autres têtes en marbre représentant des divinités et des empereurs romains, Caracala et Septime Sévère, du musée de Guelma (en 1996).

Vous convenez avec moi, qu'il s'agit d'une véritable hémorragie archéologique dans nos sites frontaliers avec notre pays frère qu'est la Tunisie.  Hélas le vol du « Masque de la Gorgone » n'élimine donc pas les probabilités de vol d'autres pièces du site  archéologique d'Hippone et d'ailleurs. C'est pourquoi, j'appelle nos frères tunisiens à se mobiliser à nos côtés afin de tout faire pour retrouver ensemble ces biens culturels spoliés.

Je sais que mon appel sera entendu  car, en Février 2014 à l'occasion de la tenue de la haute commission mixte algéro-tunisienne, nous avons signé avec nos frères tunisiens, un programme d'échanges culturels pour les années 2014-2015 qui prévoit la création et la mise en place d'une commission mixte algéro-tunisienne, constituée d'experts du patrimoine, chargée de la prise en charge et du suivi du dossier particulier du trafic illicite des biens culturels.

 

Mesdames et Messieurs,

Honorable assistance,

Permettez-moi de rappeler pour mémoire, car un peuple sans mémoire n'a pas d'avenir, que lorsque le « Masque de la Gorgone » a été volé, en 1996, l'Algérie vivait la terrible  décennie noire et faisait face avec courage et abnégation au terrorisme intégriste. Le champ était alors propice   à toutes les formes de  dommages et de préjudices puisque les forces vives de la nation étaient toutes mobilisées autour de la sauvegarde de la République et de la nation algériennes.

Dans cette conjoncture particulière, le vol du « Masque de la Gorgone » n'a pas été vécu par le peuple algérien comme un banal acte de vol et de trafic illicite, mais plutôt comme un coup de poignard dans le dos, au moment où il était entièrement voué et mobilisé à sa survie et à la sauvegarde de l'Algérie en tant qu'Etat, nation et société.

Pour le commun des algériens, Il ne s'agit donc pas d'un simple objet archéologique à récupérer,  mais d'un patrimoine culturel de la nation algérienne à restituer, d'un membre constitutif de son être social, identitaire et culturel national, une partie de sa chair.

De ce fait, le retour du masque de la Gorgone signifie aussi la victoire de notre peuple, de notre nation, de la République Algérienne Démocratique et Populaire contre le terrorisme intégriste, ses conséquences et ses effets.

Merci et Vive l'Algérie éternelle et gloire à tous nos martyrs.

 

Document sans titre

AVIS

Télécharger le Logo

 

 

Shémas Directeurs

Document sans titre

webmaster@m-culture.gov.dz