Document sans titre
mardi 21 octobre 2014.
Document sans titre

MENU

Patrimoine culturel

Livres et activités     littéraires

Arts

Festivals

Activités culturelles

Formation artistique

Coopération Internationale

Etablissements

Carte Wilaya

Historique

Contact

Adresses utiles


Expressions Culturelles
 
 

 

Discours de Madame la Ministre de la culture

Cérémonie de récupération du « Masque de la Gorgone »

Tunis, le 13 avril 2014

 

Monsieur le Ministre,

Excellence,

Mesdames, Messieurs,

 Je suis très heureuse de me trouver à Tunis, en ce prestigieux Monument , le Musée de Carthage, pour marquer un moment  d'importance éthique et de grande portée symbolique et politique pour nos deux pays, dans une conjoncture régionale singulière, qui appelle nécessairement  à une plus grande consolidation de nos liens fraternels et à un renforcement des solidarités qui nous unissent.

Il s'agit du dénouement heureux de l'affaire du « Masque de la Gorgone », bien culturel mobilier volé du site archéologique d'Hippone, à Annaba en 1996 et enfin retrouvé.

Pour rappel, lorsque le « Masque de la Gorgone » a été volé, en 1996, l'Algérie vivait la terrible  décennie noire et faisait face avec courage et abnégation au terrorisme intégriste. Le champ était alors propice   à toutes les formes de  dommages et de préjudices puisque les forces vives de la nation étaient mobilisées autour de la sauvegarde de la République et de la nation algériennes.

Dans cette conjoncture particulière, le vol du « Masque de Gorgone » n'a pas été vécu par le peuple algérien comme un banal acte de vol et de trafic illicite, mais plutôt comme un coup de poignard dans le dos, au moment où il était entièrement voué et mobilisé à sa survie et à la sauvegarde de l'Algérie en tant qu'Etat, nation et société.

Pour le commun des algériens, Il ne s'agit donc pas d'un simple objet archéologique à récupérer  mais d'un patrimoine culturel de la nation algérienne à restituer, d'un membre constitutif de son être social, identitaire et culturel national, une partie de sa chair .

Permettez –moi de partager avec vous ce que m'inspire comme leçon, l'affaire du vol et de la récupération du « masque de la Gorgone » : Le terrorisme ne détruit pas seulement les vies humaines, les moyens de vie des populations et les libertés individuelles et collectives, il détruit la stabilité des Etats et crée les conditions idoines au développement de tous les trafic illicites dont il se nourrit, aussi bien des armes et des stupéfiants que des biens culturels .Cela implique que la protection du patrimoine culturel contre le trafic illicite des biens culturels exige une lutte commune, déterminée et solidaire contre le terrorisme et les trafics illicites .

Tout comme la lutte contre le terrorisme est l'affaire de tous, la lutte contre le trafic illicite des biens culturels doit être l'affaire de tous et doit être menée avec détermination, sincérité et coordination.

Ma présence, aujourd'hui, à Tunis, témoigne de l'attention particulière portée par mon pays à l'œuvre de la « Gorgone » et je tiens à remercier sincèrement , à cette occasion, Monsieur le Ministre tunisien de la culture pour l'honneur qu'il nous fait de partager avec nous ce moment d'émotion, celui de la restitution de cette œuvre, moment significatif et symbolique d'une collaboration algéro-tunisienne que nous voulons exemplaire dans la lutte contre le trafic illicite des biens culturels.

 

Monsieur le Ministre,

Excellence,

Mesdames, Messieurs,

Cette occasion me permet de porter à la connaissance de l'opinion publique que la restitution du « Masque de la Gorgone »   n'est qu'un   jalon   dans la lutte contre le trafic illicite des biens culturels car je voudrai rappeler que dans la même période où avait eu lieu le vol du « Masque de la Gorgone », pendant la décennie noire, nous avons comptabilisé le  vol  d'un lot important de pièces de bronze, de différentes monnaies anciennes, du site de M'daourouch à Souk Ahras ( en 1994), le vol de plusieurs têtes en marbre représentant les membres de la famille impériale de Septime Sévère, du musée communal de Skikda (en 1996), ainsi que le vol d'autres têtes en marbre représentant des divinités et des empereurs romains, Caracala et Septime Sévère, du musée de Guelma (en 1996).

Vous convenez avec moi, qu'il s'agit d'une véritable hémorragie archéologique dans nos sites frontaliers avec notre pays frère qu'est la Tunisie.  Hélas le vol du « Masque de la Gorgone » n'élimine donc pas les probabilités de vol d'autres pièces du site  archéologique d'Hippone et d'ailleurs. C'est pourquoi, j'appelle nos frères tunisiens à se mobiliser à nos côtés afin de tout faire pour retrouver ensemble ces biens culturels spoliés.

 Je sais que mon appel sera entendu  car, en juillet 2011, nous avons convenu avec nos frères tunisiens, de la mise en place d'une commission mixte algéro-tunisienne, constituée d'experts du patrimoine, chargée de la prise en charge et du suivi du dossier particulier du trafic illicite des biens culturels.

J'appelle de mes vœux l'installation de cette commission qui serait élargie à nos services de sécurité, dans l'intérêt de la sauvegarde des biens culturels de nos deux pays.

La lutte contre ce trafic, comme la lutte contre le terrorisme, nous concerne tous, exige une parfaite et sincère coopération ainsi qu'un engagement solidaire sans faille. C'est à ce prix que nous préserverons notre paix et notre stabilité communes ainsi que nos patrimoines culturels respectifs.

Je vous remercie.

 

Document sans titre

AVIS

Télécharger le Logo

 

Ramadhan 20014

 

Shémas Directeurs

Document sans titre

webmaster@m-culture.gov.dz