Document sans titre
mardi 25 juillet 2017.
Document sans titre

MENU

Patrimoine culturel

Livres et activités     littéraires

Arts

Festivals

Activités culturelles

Formation artistique

Coopération Internationale

Etablissements

Carte Wilaya

Historique

Contact

Adresses utiles

Shémas Directeurs
Expressions Culturelles

Annuaire Statistiques 2001-2010

 

 

Mus?e National du BARDO

Fiche technique :

D?nomination Sociale: Mus?e National du Bardo

Adresse : 03, Boulevard Franklin Roosevelt Alger

T?l. : (021) 74-76-41

Fax : (021) 74-24-53

E-mail : MuseeBardo@unt.dz / Bardo@Wissal.dz

Site Web: www.musee-bardo.art.dz

Decret de cr?ation : D?cret n? 85-280 du 12 novembre 1985 portant cr?ation du mus?e national du Bardo.

Historique du mus?e national du BARDO
SITUATION :

Sur les coteaux verdoyants du domaine de Mustapha, se d?tachent plusieurs t?ches blanches des villas de campagne.

Anciennes villas du Fahs d?Alger Ottoman, ces r?sidences d??t? ?difi?es dans la proche banlieue de la capitale, ?taient porteuses d?une coutume qui consistait pour les familles ais?es, ? aller passer ? la campagne les mois chauds de l??t?.

Se trouvant, autrefois, dans les faubourgs du vieil Alger, elles sont englob?es par la ville moderne et inscrite dans un nouveau trac? urbain, aujourd?hui.

Bordant l?ancienne route de Laghouat une des art?res matrices appel?e commun?ment la rue Didouche Mourad, une de ces villas appara?t, le Bardo.

historique :

Sur le pass? de cette belle villa alg?roise, les r?cits sont assez confus.

Toutefois, se devant de se satisfaire de quelques indices, nous nous rapporterons aux r?cits de Lucien Golvin qui lui m?me puise ses sources chez Henri Klein dans ses Feuillets d?El Djazair.

La villa aurait ?t? b?tie au XVIII si?cle. Elle est attribu?e ? un prince Tunisien exil?, identifi? dans le personnage du Prince ? Mustapha Ben Omar ?.

Cette origine expliquerait probablement le nom de ? BARDO ? que porte la villa .Interpr?t? par Klein, ce nom est une d?formation du ? PRADO ? ; somptueuse villa d??t? qu?habitaient les Beys dans la banlieue de Tunis et dont la possession revient aux Sultans Hafcides, d?s le XV si?cle.

Affect?e, d?s 1830 date de la conqu?te fran?aise, au g?n?ral Exelmans, la villa aurait appartenue aux propri?taires suivants :

- Monsieur Lichetlin en 1846.

- Monsieur Baccuet en 1851.

- Monsieur Grauby en 1868.

- Madame Aziza Fao, fille de Bacri en 1874.

En 1875, la villa arrivait dans les mains de Ali Bey, Agha de Biskra.

Fort fortun?, cet homme de go?t apportera bien des modifications ? la villa. Sans toutefois d?florer les lieux, il importa les fa?ences les plus riches de Hollande, de Tunisie et du Maroc, d?Iran et de Turquie. Le go?t de Ali Bey le fit dresser des fresques ?l?gantes.

Par ailleurs, il agr?menta les jardins des plus belles et luxuriantes frondaisons o? se m?lent flore tropicale et feuillage familier. Il construisit des communs dans la partie basse de la r?sidence o? il am?nagea remises et ?curies.

Dans des conditions qu?il aurait ?t? souhaitable de conna?tre, Ali Bey vendit la villa ? Mr Joret qui devient propri?taire en 1879.

Epris d?art et de musique, ce propri?taire passionn? ajouta ? la parure des salles qu?il enrichit avec des collections belles et pr?cieuses.

Le luxe du mobilier s?allia ? l??l?gance des porcelaines, le ton des tapis polychromes releva la subtilit? des soies brod?es?

A toutes ces choses s?ajouta le charme des collections de lampes, de braseros, de coffres, d?instruments de musique?etc. toutes venues d?Orient, de Perse, d?Italie de Tunisie et du Maroc.

Cette emprise ?tait d?autant plus grande pour l?histoire ; un go?t qui lui valut l?acquisition d?une collection riche en pr?histoire.

Pour abriter ces collections de valeur, Mr Joret accommoda la villa ? ses besoins. Il adjoignit ? la partie basse de larges passages taill?s dans les murs aux plafonds vitr?s.

On lui attribue d?autres adjonctions dans la villa dont une grande salle donnant sur une cour sup?rieure. D?apr?s les r?cits historique, cette salle qui re?oit de bien belles collections d?ethnographie rurale, ?tait destin?e ? ?tre une ? Salle de Collations ? ; une salle o? r?sonnent encore les plus belles notes de piano.

Ces adjonctions qui se sont fondues dans la masse du monument et ont pr?serv? la partie originelle ont valu ? Mr Joret les f?licitations du Comit? du Vieil Alger lors de sa visite ? la villa en 1912/1913, pour sa conservation et son respect de la nature des lieux.

Les ?l?ments nouveaux introduits par Mr Joret n??taient pas seuls ? se stratifier dans l?organisme ? Villa ?.

A la mort de Mr Joret, la villa revenait de droit ? Mme Fr?mont s?ur et h?riti?re de Pierre Joret, jusqu?en 1926 date ? laquelle la villa du BARDO fut c?d?e aux domaines.

Ce n?est qu?en 1930 que la villa devint le Mus?e d?Ethnographie et de pr?histoire.

Pour cette nouvelle vocation, d?autres modifications se sont produites.

Par manque de sources et insuffisance des renseignements, l?attribution de ses rajouts reste secr?te.

L?important ? retenir dans cette ?volution diachronique , est que dans toute pratique sur les espaces diff?renci?s du Bardo, qu?elle soit attribu?e ? Mr Joret ou autre, la coh?rence du lieu ne fut pas attaqu?e n?eut en rien perdu de sa potentialit? et son homog?n?it?.

De par sa richesse architecturale et historique, la villa fut class? ? Monument Historique ? le 01 Septembre 1985.

Le 12 Novembre 1985, le Mus?e fut institu? ? Mus?e National ? ? vocation internationale en vertu du d?cret N? 85-280 portant cr?ation dudit Mus?e.

Document sans titre

AVIS

 

 

PORTAIL « SIDJILCOM » DU CNRC

 

Document sans titre

webmaster@m-culture.gov.dz